16/06/2017

+ + Francis Ponge + + Première ébauche d'une main

1

La main est l'un des animaux de l'homme : toujours à la portée du bras qui la rattrape sans cesse, sa chauve-souris de jour.
Reposée ci ou là, colombe ou tourtereau, souvent alors rejointe à sa compagne.
Puis, forte, agile, elle revolette alentour. Elle obombre son front, passe devant ses yeux.
Prestigieusement jouant les Euménides.

[…]

6

La main est l'un des animaux de l'homme ; souvent le dernier qui remue.
Blessée parfois, traînant sur le papier comme un membre raidi quelque stylo bagué qui y laisse sa trace.
A bout de forces, elle s'arrête.
Fronçant alors le drap ou froissant le papier, comme un oiseau qui meurt crispé dans la poussière, - et s'y relâche enfin.

*

Deste poema do Ponge.
Ouvi-o, pela primeira vez, neste disco.

E há uma razão para o partilhar, hoje — passei a manhã a fotografar mãos que são como pássaros, voam, cantam. Sobre isto haverá mais em breve mas, basicamente, está a ser um dia bom.

Sem comentários:

Enviar um comentário